Merci l’Algo : Black Taffy – Elder Mantis

Merci l’Algo, c’est une rubrique où l’on vous parle d’un artiste, un disque ou un morceau que l’on a découvert grâce à un algorithme. En gros, on se passe des blogs pointus, des forums spécialisés, du bouche-à-oreille, des potes, des disquaires et des concerts qu’on aurait pu voir pour embrasser l’espace d’un instant ce grand Satan déshumanisé.

Donovan Jones est Black Taffy. Et aussi un ancien membre du groupe de post-rock This Will Destroy You. Mais son album « Elder Mantis », sorti en février dernier chez Leaving Records, n’a rien à voir avec ça. Pour faire court, le son de Black Taffy, ce sont des samples récupérés de vieux vinyles et de cassettes hors d’âge, bien distordus et nuageux, collés sur des beats faits main. Pour être grossier, c’est un peu comme si RZA avait plutôt décidé de se lancer dans l’electronica.

Fils d’un « music minister » pentecôtiste, il a pu constater le pouvoir de la musique sur l’élévation spirituelle et la transe. Penchant lui vers quelque chose de plus sombre, il a dans ce disque récupérer des échantillons de musiques classiques, à la fois occidentales et orientales, en se concentrant principalement sur la harpe, le koto et la flûte. Il en ressort un sentiment méditatif certain. Aux aspérités poussiéreuses des samples, que Donovan Jones semble vouloir trouver le plus abimé possible, s’ajoute le côté boiteux et complètement humain des beats, donnant au disque un aspect artisanal et fait à la main.

Ressort de ce disque un sentiment étrange. Vous aurez tantôt l’impression de naviguer sans but dans une brume épaisse et sombre, tantôt d’être en train de méditer à l’ombre apaisée d’un arbre plein de vie. Ce sera en tous cas à coup sûr un vrai voyage. Pour écouter et acheter le disque, c’est par là.


T'en veux plus?