Triplego – Eau Max

Tout commence par ce Sahara qui nous confirme que Triplego est bien à part. Ce premier morceau, avec sa longue introduction aux rythmiques orientales et au chant en arabe, nous montre déjà que le duo est rempli d’idées et n’hésite pas à faire péter quelques barrières bien inutiles.

 

Triplego Eau Max

 

Putana, le précédent EP du groupe, est un des projets de rap français qui a le plus tourné dans nos esgourdes en 2015. Condensé, cohérent et qualitatif, Momo Spazz & Sanguee nous avaient servi un des jalons de ce cloud rap à la française qui a depuis fait éclater les compteurs. Triplego est pour l’instant un trésor un peu trop bien gardé à notre goût.

Depuis hier, vous pouvez aller choper gratos « Eau Max », leur nouvel EP. Si la recette reste globalement la même (c’est pas devenu du boom bap avec des samples de vibraphone quoi), on perçoit une réelle évolution. Notamment dans la composition et la construction des titres qu’on sent, lâchons le gros mot, plus matures. Plus qu’une simple instru qui coure le long des traditionnels 3’30, Momo Spazz (aidé par Juxebox, qui produit Personne et le sublime Auparavant) recherche des effets pour nous surprendre et faire évoluer les morceaux. De vraies chansons de rap quoi.

 

intro-bg

 

Des titres comme « Hippie du 9-3 » ou « Favela » en sont les parfaites illustrations. Les refrains sont chiadés par un Sanguee qui a pris du galon pour notre plus grand plaisir. Plus de versatilité au chant, plus de propositions dans les flows, et toujours ces touches d’introspection bienvenues. Si les recherches sonores de son acolyte sont peut-être ce qui nous a le plus interpellé à la première écoute, les variations tentées au micro sont également de haute volée.

A l’époque, on écrivait que Putana nous donnait envie de « siroter du douze ans d’âge, regarder la pluie tomber, caresser une paire de cuisses cuivrées… ». Si on ne se privera sûrement pas de ce genre de plaisir en écoutant des titres comme Monaco ou Codé, les autres pistes explorées sur cet EP nous ravissent d’une autre manière. La mélodie de Mierda (et son outro…), les différentes phases du refrain de Cigarette, les délires avec les effets sur le hi-hat d’Auparavant; à vous de trouver les détails qui vous feront kiffer à force d’écoutes (d’ailleurs, prenez le temps d’écouter le projet (e)au casque et amusez-vous à décortiquer un peu tout ça).

 

 

On vous souhaite une bonne traversée, on se retrouve Eau Large.

 

Télécharger Eau Max (mais aussi Putana et Eau Calme)


T'en veux plus?