Slikk Tapes – Gros son & DIY

Slikk Tim est un bosseur acharné, un artiste ultra-versatile et un amoureux des choses (très) bien faites. Non-content d’avoir soixante groupes et quatre-vingt-dix projets en préparation (au bas mot), le mec a décidé de créer son propre label d’édition de K7 avec pour mot d’ordre trois mots : Do It Yourself.

 

slikk_tapes_logo

 

C’est sous son son alias Gary Gritness, prince de l’électrofunk grimy à souhait, qu’il sort du bois pour la première sortie des Slikk Tapes (le nom du fameux label, donc). Et qu’est-ce qu’on pourra écouter, donc, sur cette fameuse K7 ? Un album de remixes mais pas n’importe lequel puisque Gary G. s’attaque ici à une légende du gaming : rien de moins que l’OST de DOOM.

Tim est interpellé par cette musique lorsqu’il découvre le jeu en 1994. Ce « mélange de morceaux de trash métal retravaillé façon blues et de synthés sombres et menaçants à la John Carpenter » (comme il l’explique lui-même dans les liner notes de la K7) ne ressemble à rien d’autre que l’on puisse entendre dans les jeu vidéo de l’époque. Elle retranscrit parfaitement l’univers du jeu, cet équilibre entre « technologie mystérieuse » et « agression organique ».

 

slikk_tapes_doom

 

Gary Gritness rend donc hommage aux compositions de Bobby Prince avec son set-up ultra brut. Si le projet plaira forcément aux gamers et fans du jeu, il n’en reste pas moins un exercice de style auquel ceux qui auront la curiosité d’y jeter une oreille accrocheront sans aucun doute. L’ambiance qui s’échappe de cette K7 est forcément ultra-cinématographique, certains morceaux foutent grave les chocottes (écoutez Dark Halls, The Demons From Adrian Pen ou They’re Going To Get You dans le dark, vous ferez moins les malins) et d’autres donnent envie de tout casser. Bref, le bon équilibre.

Mais là où cette première Slikk Tape déboîte encore plus, c’est dans l’objet lui-même et le sens du détail du maître d’œuvre. Les K7 sont toutes emballées dans un packaging cartonné classieux, tamponnées à la main (le logo des Slikk Tapes d’un côté, la méchante gueule d’un Cyber Demon de l’autre). La K7 est éditée à 36 exemplaires, soit un pour chaque niveau du jeu. Et en fonction de la K7 achetée, vous aurez dans chaque livret la map du niveau correspondant à votre K7… Du travail d’orfèvre.

Infos & Shop >> slikktapes.com <<


T'en veux plus?