Riddim Collision #17

Le Riddim Collision et sa fidèle corneille constituent bien l’une des institutions de la vie musicale alternative lyonnaise. A un an de la majorité légale (17 piges cette année), le festival affiche cette année des couleurs pétantes et une envie de tout retourner. A quelques jours du grand départ, il est grand temps de frétiller. Et comme le dit le poète, on a ressenti une envie, une envie de vous donner l’envie d’aller goûter à ce que le Riddim a à nous proposer.

 

Paperboys

 

La première chose à mettre en avant n’est sans doute pas celle qui vous fera acheter votre billet, et c’est d’ailleurs bien dommage. Mais c’est bien la curiosité qui va nous faire pousser les portes du festival. Faut bien vous l’avouer, on a nous aussi nos préférences musicales et on a parfois bêtement tendance à ne pas pousser la porte du voisin. Quand on connaît les talents de défricheurs de l’équipe, il serait bien dommage de ne pas se bouger le fion le weekend prochain pour découvrir des artistes en live. Rien qu’en se baladant sur la playlist youtube concoctée pour l’occasion, on a pu découvrir les brillants Vessels, Dorian Concept ou encore Peter Kernel qui sera partie les ambianceurs du Club Transbo jeudi prochain (pour l’anniv du Marché Gare). Ce jeudi s’annonce particulièrement bien puisqu’on y retrouvera aussi les intrigants et envoûtants Oiseaux-Tempête. Un rendez-vous sponso « instruments live et sueur ». De la sueur, il y en aura sûrement aussi (probablement accompagnée de sang, de dents cassées et de rafales de bières sur vos tronches) lors du passage de HO99O9, mais c’est une autre affaire. Voilà, tout ça pour dire que se jeter vers l’inconnu est parfois une bonne solution, ça peut amener de bonne surprises. Demande à Christophe C. tiens !

 

 

 

 

Il y a aussi des fois où on a envie d’aller voir des concerts mais on a pas un kopeck. Et la désormais légendaire soirée Bars-Bars convient parfaitement à ce genre d’occasion. 5 bars, 5 collectifs et seulement 6 boules. Ouais, t’es nul en maths mais t’arrives à peu près à cogiter que ça te fera pas trop cher. Sûrement moins cher que ta tise pour la soirée (à ce propos, faudrait peut-être ralentir un peu non?). Parmi ces cinq sauteries, notre cœur et nos esgourdes nous conduiront vers le Bar des Capucins que les joyeux drilles (parfaite expression de merde pour qualifier un groupe) de Regal, invités par le Pétrin de la Colère, viendront chahuter tendrement les cheveux au vent ; et aussi vers la Clef de Voûte où le collectif Orbit fera valoir son beatmaking soyeux de qualité avec notamment Kuna Maze (allez écouter son dernier EP, ceci est un ordre). Si, quand tu auras oublié tes bonnes résolutions concernant ta consommation de liquide houblonné, tu cherches un after, tu iras à la Maison Mère pour checker la milice CLFT.

Après, on va pas se le cacher non plus, y’a deux trois têtes d’affiches qui nous chatouillent la stachmou aussi. DJ Krush revient avec un nouveau disque après une absence digne d’Abou Diaby. Est-ce que c’est toujours aussi bien ? (Bon à l’écoute du premier extrait, ça a l’air cool). Aller s’ambiancer sur les breaks saccadés de Prefuse 73, c’est aussi très tentant, faut le dire. Débruit et son mélange des genres, Chapelier Fou et son violon, le nouveau show de Fly & Netik (gros coaching de la part de l’équipe après la sortie sur blessure de The Posterz), Clark, Om Unit, ça en fait des beaux noms. Cohérent mais varié, de quoi passer des bonnes soirées. Bref, pour te la faire courte, suit la corneille, où qu’elle te mène.

Infos et billetterie


T'en veux plus?