Lone – Levitate

Lone est de retour et une fois de plus, de belle manière. Ave son sixième album aux allures de long EP (une grosse demi-heure au compteur), il navigue dans des eaux qui, sans nous perdre complètement, changent légèrement de d’habitude. Certes, on retrouve bien les synthés très rave à l’ancienne et les mélodies navigant entre l’entêtant ultra-rythmé et le calme atmosphérique.

lONE

Mais ce disque un peu bipolaire nous change surtout par des rythmiques auxquelles le briton ne nous avait pas habituées. Éloigné des beats house ou même hip-hop, on se prend de plein fouet, et ce dès l’ouverture, de gros breakbeats jungle de sale. Et ça, pour tout vous dire, on l’avait pas vraiment vu venir.

Et là vous me direz, c’est pas parce que c’est nouveau que c’est réussi. Oui en effet. C’est parce que c’est Lone que c’est réussi. On le sait, le mec a le sens des textures efficaces, paraissant rétro sans jamais sonner datées. Et quand il s’aventure sur ce terrain de jeu qui nous rend un brin nostalgique, qu’il actualise ce son-là, on est contents (même si on imagine que bien d’autres artistes moins connus ont déjà explorer ses terrains, mais on est pas spécialistes, que voulez-vous).

Les jeux sur les breaks sont au top, les plages atmosphériques qui nous permettent de respirer un coup sont bienvenues et le disque est finement équilibré. Un concentré de réussite avec cette petite prise de risque qui va bien. On le savait déjà mais Lone est un sacré talent.


T'en veux plus?