Janvier en Dix Sons

Alors qu’une nouvelle année débute, le torrent des nouvelles sorties rap ne fait que s’intensifier. Alors pour essayer d’y voir plus clair, bien qu’on ait du mal nous aussi, on vous a concocté une petite sélection des morceaux qui ont fait frétiller nos tympans, titillé notre matière grise ou cassé notre nuque. Voici donc la première cuvée de l’année, qui annonce encore un grand cru.

Shone – La bicrave est dans ma tête 2

Douze ans plus tard, le membre de Ghetto Fabulous Gang offre une suite au classique d’Alpha 5.20. La prod entêtante et rugueuse de Madizm accueille la puissante voix de Shone. Durant trois minutes le rappeur envoie une pluie d’images percutantes histoire de rappeller, à ceux qui l’avaient oublié, la définition de la punchline.

404 Billy – Sombre fan

Après avoir été en première partie du Lithopédion tour de Damso, le rappeur le plus sombre du game s’est glissé dans la peau de fans pour montrer à quel point la lumière qu’apporte la célébrité peut être emplie de noirceur. 404Billy nous pousse à questionner le rapport du public vis-à-vis des artistes, entre attentes infondées et conseils mal avisés.

Alkpote feat. Freeze Corleone – Purification

Pour franchir l’ultime marche, les forces du mal se sont unies pour une purification des plus sordides. DJ Weedim amène son univers avec un beat maléfique et entraînant. Rimeurs hors pairs, Alkpote et Freeze se font des passes tout au long du morceau et débitent d’improbables multi-syllabiques. Et en bonus, l’empereur fusionne avec Pascal OP pour clore la saison. La puterie n’est jamais finie.

The Synaptik x Liqid – Sofa

Le Franco-Syrien Liqid s’est associé au Jordanien The Synaptik pour un EP rafraichissant où chacun chante dans sa langue natale. Ici les voix autotunées s’enchaînent logiquement, l’ambiance est festive et suffit pour donner envie d’écouter le reste du projet, entièrement produit par Bonetrips. Et pour ceux qui le souhaitent, le projet instrumental AMAL (signifie « espoir ») piloté par Liqid en l’honneur de la Syrie est toujours dispo. Et les fonds générés sont reversés à l’association A Syrian Dream.

Varnish La Piscine – Flashback

Prenez de la trap, ajoutez une touche jazzy, parsemez le tout de la folie de Varnish la Piscine – aka les meilleurs blases de ce foutu rap jeu – et vous obtenez un morceau hors normes en tout point. Accompagné par l’anglophone Rico Tha Kid, le producteur génevois prend le micro et joue avec sa voix, tantôt grave, tantôt aigüe, parfois même autotunée. Ce morceau constitue l’un des chapitres du livre audio conceptualisé par Varnish La Piscine : Le Regard qui tue. Un film à écouter, une musique à contempler. Une expérience à vivre.

Pouya – Superman is dead

Pour inaugurer la nouvelle année, le rappeur de Miami a décidé d’offrir deux morceaux dont Superman is dead. Idéal pour soigner la gueule de bois, ce morceau est possède une ligne de basse langoureuse. Pouya alterne aisément la vitesse de son flow et envoie un refrain chanté pour sublimer le côté flottant et léger du morceau.

ILoveMakonnen – Spendin’ feat. Gucci Mane

Enfin ! Il aura fallu plus de deux ans, si l’on oublie son pas de côté avec Rae Sremmurd, à Ilovemakonnen pour revenir avec la recette dont il détient le secret, une sorte d’harmonie dissonante : son flow paraît décalé, sa voix  semble fausse et pourtant le résultat est enivrant hautement addictif. Et comme pour forcer le respect que beaucoup n’ont pas su lui donner, c’est avec celui qui fait l’unanimité que le rappeur d’Atlanta signe son grand retour. WeLoveMakonnen !

Ramirez x Boobie – Van Glock

Attention, banger ! Signé sur le label G*59 records, qui accueille également les $uicideboy$, Ramirez excelle dans son genre, l’horrorcore. Le rappeur de San Francisco s’associe à Boobie pour délivrer un titre enflammé. Flows lancinants et agressifs se succèdent avec un seul objectif : le hochement de tête.

Jorrdeee x Azur – Punch

Jorrdeee s’est connecté à la moitié de Saturn Citizen pour dégainer un punch. Porté par une instru grisante, Jorrdeee marmonne sa mélancolie tandis qu’Azur se charge du refrain qui résonne inlassablement dans la tête. Il y a peu de texte, mais l’univers est si puissant qu’il se charge d’écrire le reste. J’crois qu’on s’est pris un punch.

Saturn Citizen – Entrax

Les lyonnais de Saturn Citizen ont sorti leur premier album avec ce morceau en guise d’intro. Divisé en deux atmosphères complémentaires, Azur et Bushi annoncent la couleur du projet : aérien et vaporeux ; percutant et sombre. Rolla est aux manettes et nous fait passer d’un univers à l’autre avec des transitions ultrafluides. La combinaison est évidente. Rollashitizen.


T'en veux plus?