Et de 6 pour XLR Events !

Ce weekend, le collectif XLR fête sa 6ème bougie. L’occasion pour nous de revenir sur ces 6 belles années de fête, de partage & de musique. 

 

 

Et oui, le temps passe si vite. Déjà 6 ans. L’histoire commence sur les bancs de la fac de pharma où Arthur Fabre a.k.a. Tutti, co-fondateur de XLR Events mais également directeur artistique, accompagné de Théo, président, se lassent des soirées étudiantes lambda. Déjà initiés quelques années auparavant au milieu électronique, moins populaire, ils affirment la volonté de créer un regroupement de copains pour organiser des soirées – sans prise de tête – pour kiffer ensemble et pour se lancer dans l’univers pour lequel ils portent un intérêt certain. D’abord au sein du BDE de la fac, Arthur et ses potes entament doucement la construction de leur projet. Très vite leur démarche est quelque peu mal vue par le reste de la fac qui y voit une sorte de concurrence déloyale. Arthur affirme: « Ce qu’on voulait c’était créer quelque chose de nouveau, d’inédit, en essayant de rameuter le plus de monde avec nous, c’était excitant. Mais certains n’ont pas apprécié. » 

 

C’est alors qu’ils décident de voler de leurs propres ailes en se détachant intégralement de la faculté. Un mal pour un bien et XLR voit le jour. Sans ambition particulière si ce n’est que de continuer à mixer la musique qu’ils aiment. L’association créée, elle commence à se produire dans de petits lieux comme le Kaffe Berlin ou le Biztoofly, avant de progressivement se faire connaitre sur la scène lyonnaise fleurissante. Et d’investir des clubs comme l’iconique DV1 qui jadis cartonnait avec la venue d’artistes phares tels Tyree Cooper, Boo Williams ou encore Mike Dunn. Le collectif se fait doucement un nom et leur identité se démarque petit à petit, en voulant toutefois professionnaliser au maximum les démarches : « Même au tout début, on voulait faire les choses bien […] Dans ce milieu tu te fais vite griller ». 

 

Comme on dit dans le jargon, la mayo est montée. Avec le temps, XLR Events peaufine sa ligne artistique et travaille avec de plus en plus de salles qui se rassurent en constant l’engouement montant des événements proposés. Les collaborations elles aussi se font nombreuses notamment avec l’énergétique crew Tapage Nocturne qui fête également un 6ème anniversaire cette année. 

 

 

Aujourd’hui confortablement installée, XLR Events fait partie de ces associations lyonnaises de référence, qui n’ont plus grand chose à prouver. L’objectif cependant reste clair : continuer à proposer du contenu de qualité en restant étroitement lié aux valeurs dégagés au chapitre premier de l’aventure : faire plaisir et se faire plaisir. La cadence du collectif est soutenu – 1 événement tous les 2 mois en moyenne – et les invités internationaux mais aussi locaux se succèdent aux platines du Terminal, du Petit Salon, du Bellona ou encore du Transbordeur. Arthur précise qu’il est primordial de mettre en avant la scène locale, à traiter sur un même pied d’égalité que les headliners qui tournent depuis un bail : « Au Petit Salon par exemple, la disposition de l’espace est super car on peut y faire jouer des têtes d’affiches ainsi que nos artistes en même temps ». 

Quant aux choix artistiques, Tutti a du fil à retordre. Même si les membre du collectif ont chacun leur délire, XLR Events se veut de proposer dans la globalité de la musique électronique entrainante et rythmée, tantôt vénère (TBT dernière soirée XLR avec Bart Skils du talentueux label Drumcode) tantôt mélodieuse comme à l’image du live de l’italienne Giorgia Angiuli en septembre dernier. Une cohérence dans tout cela ? Oui, celle qui fait qu’un novice, un amateur ou un avéré de musiques électroniques pourra sur le dancefloor trouver la chaussure à sa patte ou le couvercle à sa marmite, comme vous voudrez. Le collectif tient à produire de la qualité artistique en restant relativement accessible à tout type de public et en évitant de s’enfermer dans un genre. 

 

 

Le future de XLR Events? C’est le temps qui nous le dira. En parallèle, Tutti et son binôme Castelz, préparent un projet de production bien à eux, Abstraal, avec de gros labels dans le viseur… Stay tuned. D’ici là, l’équipe nous donne rendez-vous ce samedi en ce beau weekend de lumière au Petit Salon, leur club de coeur, avec un beau plateau composé de deux artistes du label allemand Diynamic Music : Magdalena et Karmon.

 

 

 


T'en veux plus?