Zëro – Places Where We Go In Dreams

Soyons clair d’emblée, je suis loin de m’y connaître en rock, noise ou tout ce genre de choses. Donc si j’en parle, c’est simplement que le hasard des internets et le brin de curiosité qui m’habite m’ont conduit à écouter un groupe et à aimer leur son. Et ce fut le cas pour Zëro, groupe lyonnais que vous pourrez avoir la chance de voir ce jeudi au Transbordeur dans le cadre des Summer Sessions. Et donc pour pas un kopeck, chose remarquable.

Zëro vient de sortir chez Ici d’ailleurs (souvenez-vous des Marquises) son nouveau disque, Places Where We Go In Dreams. Sept morceaux et un court voyage vers des contrées rêveuses. Puisqu’il s’agit là de mon premier pas dans la discographie du groupe (pour en savoir plus, lire ce papier chez Le Zèbre), pas de point d’ancrage ni de comparaison. Et je dois dire que j’ai bien accroché à l’univers Zëro, point trop dark, point trop violent, un savant dosage d’évolution tendue, d’explosion maîtrisée et de respiration agréables.

Les morceaux qui m’ont particulièrement marqué sont d’abord Uprising, un morceau d’ouverture parfaitement calibré, quasi tubesque avec son riff de guitare entêtant, cette petite montée angoissante. Plus “classique” et nerveux, Baltimore envoie du bois comme on l’aime avant l’accalmie Horse Race Guru. Le morceau éponyme qui clôt le disque est aussi très réussi, avec une redescente qui nous permet de reprendre notre souffle avant de relancer la lecture du disque.

Bref, allez faire un tour au transbo jeudi, ça va faire du boucan! Il y aura aussi là-bas le groupe Gawa et sa musique arabo-andalouse, un mélange sûrement détonnant à ne pas rater.


T'en veux plus?