Rencontre avec :
DJ Weedim et Youri

En Décembre dernier sortait Tsar Bomba, un douze titres unissant la folie du rappeur Youri à celle de DJ Weedim (avec des coproductions de Chapo bien entendu) : flow inarretable et paroles crues se marient à des beats entêtants. Quelques mois plus tard, le rendez-vous est donné avec le duo à l’occasion du tournage du clip de Tu m’as menti, le morceau le plus doux de la mixtape. C’est donc dans un sompteux appartement situé dans un monument historique conçu par André Arfvidson, qu’entre deux scènes de tournage, les artistes se joignent à moi pour me parler de leur collaboration.

Toujours à l’affût des nouvelles têtes qui éclosent, DJ Weedim a l’habitude de collaborer avec énormément d’artistes, tant il doit assouvir sa soif de création. S’il connaissait déjà le rappeur de Paris Sud, c’est bien ce dernier qui l’a sollicité dans le but d’obtenir des « prods énervées pour [son] prochain projet », Tsar Trap Vol.3. « C’est la première fois que ça se passe de cette manière, d’habitude c’est plus moi qui fait la démarche pour travailler avec des gens. Il est venu me voir, en me disant qu’il voulait des morceaux pour le live, pour turn up » remarque le fondateur de French Bakery. Et le feeling est si bien passé, que très vite, cette rencontre a donné naissance à assez de matière pour lancer Tsar Bomba.

« On a fait un, deux, trois morceaux, puis on a décidé de faire un projet » (Youri)

Débuté l’été dernier, Tsar Bomba a entièrement été enregistré dans l’antre de DJ Weedim, à AK Studio : « J’ai beaucoup kiffé l’accueil qu’il a offert dans son studio. On s’est tout de suite mis à faire du son, sans parler d’argent. On a simplement fait de la musique. J’ai trouvé ça cool, ça ne m’était jamais arrivé dans aucun studio, avec aucun ingé son. » explique Youri. Cette atmosphère a permis au duo de finaliser sa tape en deux mois de travail, des prises de voix jusqu’au mixage réalisé par celle qui arrange toutes les œuvres de DJ Weedim, Anh-Ninh Garret. En tant que producteur aguerri, DJ Weedim a pu guider et stimuler Youri en partageant son expérience tout au long du projet, comme l’explique le rappeur : « Cette rencontre m’a beaucoup motivée, dans tous les sens du terme. J’ai kiffé le fait qu’il me motive sur différentes choses comme pousser un peu le texte sur certains morceaux. Il m’a poussé à faire Tu m’as menti aussi. Il m’a soumis la prod et ça a coulé. »

Bien que le fil rouge de Tsar Bomba s’inscrit clairement autour de la frénésie, ce morceau créé une coupure au milieu du projet, avec Humains. Plus mélodiques, introspectifs et doux, ils permettent à l’auditeur de souffler un peu avant d’être à nouveau happé par la démence du duo.

« Depuis le début j’ai pas pu taper de prods solides et agressives comme ça au niveau du turn up. J’ai trouvé mon bonheur chez Weedim. Ça m’a permis de développer un côté que je ne pouvais pas développer avec les types beats ou instrus de mes potes. » En piochant dans les packs d’instrus envoyés par le beatmaker, Youri a rapidement trouvé l’inspiration pour poser, ce qui a comblé l’hyperproductivité du patron de la Boulangerie Française : « C’est ça qui est bien avec Youri, une fois qu’il a le texte et la structure dans sa tête, il vient et il pose. Il sait où il va et quand il a décidé de s’y mettre, il est efficace ». D’autant plus que parmi tous les morceaux enregistrés, grâce à son flair de producteur, un seul a été jeté explique Weedim : « Généralement en studio, quand je commence un titre, je sais assez vite si c’est bien ou pas. Si le truc est bien dès le départ on garde, si on a un doute, ça dégage. Je déteste être sur du à peu près. Et même Youri était surpris : quand c’était la première prise et qu’il me demandait si elle était bonne, je lui répondait « bah ouais, elle l’est ». On peut la refaire cent fois, de différentes manières, mais celle-ci est bonne. J’aime bien les trucs instinctifs, surtout dans le rap. Même les petites erreurs, ça apporte du charme à certains moments, toutes proportions gardées bien entendu [rires]. »

« J’suis d’accord sur ce point, je kiff le côté spontané dans la musique. On veut pas faire une musique trop policée non plus » rebondi Youri.

« Sur internet j’voyais des choses genre « Youri t’as changé, Weedim t’a perverti ». C’est juste une collaboration, ça reste Youri » (DJ Weedim)

L’aspect délirant et instinctif de Tsar Bomba se retrouve jusque dans les visuels, qu’il s’agisse de la pochette réalisée par Mofo de la French Bakery ou dans les clips; principalement produits par la Citizen Ken qui entoure Youri : « Pour le coup, c’est un projet abouti. On avait une idée et on est arrivé au bout » estime Weedim.

Comme pour sceller une relation qui semble à la fois artistique et humaine, Youri et Weedim ont donné un concert en l’honneur de Tsar Bomba, et sont allés tourner le clip de Cookie à Barcelone puis en Suisse lors d’un séjour express : « C’était fatigant, mais on a bien rigolé. On s’est levé à cinq heures du matin pour arriver à dix heures dans des champs de Weed en Suisse, alors que la veille on était dans un coffee à Barcelone, complètement défoncés… Là-bas on avait fait le tour des coffee et on s’était même fait arrêter par les keufs parce qu’on était debout dans la vago pendant qu’on filmait. En plus la voiture c’était la zone, il y avait des stupéfiants etc. Mais bon on s’en fout. On n’a rien eu… C’est la production qui a payé [rires] ».

Bien que Weedim soit concentré sur sa meilleure dissertation avec 20/20 et Youri sur Tsar Trap Vol. 3, Tsar Bomba marque le début d’une nouvelle association qui se retrouve également sur leurs projets respectifs. QLF, Que La Folie.


T'en veux plus?