Quand :
7 juillet 2017 @ 20 h 30 min – 21 h 30 min
2017-07-07T20:30:00+02:00
2017-07-07T21:30:00+02:00
Où :
Jazz à Vienne
Coût :
36€
ROBERTO FONSECA @ Jazz à Vienne

Étoile du jazz cubain à la quarantaine (il est né à La Havane en 1975), neuf albums à son actif (le dernier en date s’intitule Ubuc), l’ex-pianiste du Buena Vista Social Club est l’un des héros de la nouvelle musica habanera. Prodige des claviers et de la percussion (il a débuté comme batteur), Roberto Fonseca suit de longues études musicales à La Havane. C’est la rencontre avec le saxophoniste Javier Zalba du groupe Irakere qui inspire Fonseca dans son écoute alternative de Keith Jarrett ou Herbie Hancock et des rythmes traditionnels. Associant bientôt cette richesse percussive cubaine au hip hop ou à la drum’n’bass, mêlant les racines africaines de la Santeria à la musique classique et au jazz (album Yo, en 2012), Roberto Fonseca est aujourd’hui considéré comme l’une des grandes figures du latin jazz, un héritier potentiel de Chucho Valdes.

Après un duo émouvant avec la chanteuse malienne Fatoumata Diawara (2014), le pianiste est de retour en compagnie d’Eliades Ochoa, l’une des dernières figures du Buena Vista Social Club et le plus célèbre des soneros cubains en activité. Il invite également Daymé Arocena, 25 ans, une chanteuse qui fait la liaison entre rumba traditionnelle, jazz, soul et culture yoruba.

 

Angélique Kidjo est une chanteuse à part, une puissante source d’énergie et de bonheur brut. Née en 1960 à Ouidah au Bénin, la tornade chante et danse depuis son plus jeune âge. Son idole s’appelle alors Miriam Makeba. Après avoir déjà rendu en 2009 un hommage à Nina Simone, Angélique Kidjo revenait au Théâtre Antique pour célébrer justement Makeba (Mama Africa, 2010). La voici à nouveau parmi nous pour, cette fois, un hommage à la grande chanteuse salsa Célia Cruz (1925- 2003).

Angélique Kidjo a créé ce projet en 2016 à New York, accompagnée pour l’occasion par l’un des maîtres de la musique afro cubaine moderne, le percussionniste Pedrito Martinez (un superbe album : Habana Dreams en 2016, avec Angélique Kidjo parmi les invités). La chanteuse béninoise désire refléter toute la beauté de sa connexion avec les musiques afro latines. Elle puise alors son inspiration dans le répertoire de Célia Cruz (Cucala, La Vida Es Un Carnaval…), mais visite également quelques perles latines comme la chanson péruvienne Toro Mata. Elle chante tout cela en tournant comme une toupie et en propageant son message d’amour, d’unité et de respect. Entre la force de Kidjo et la puissante aura de Cruz, la performance s’annonce des plus inspirantes.

 https://www.youtube.com/watch?v=mqew3GMoXZI