Quand :
19 mai 2017 @ 21 h 00 min
2017-05-19T21:00:00+02:00
2017-05-19T21:15:00+02:00
Où :
Ninkasi Gerland
267 rue Marcel Mérieux
69007 Lyon
Coût :
18-20 €
ACID RAVE @ Ninkasi Gerland

MANU LE MALIN, CHRIS LIBERATOR VS STERLING MOSS

Acid & Rave, le concept explosif de Tapage Nocturne, pose ses pieds au Kao avec un plateau de titans. La légende du Hardcore Français Manu le Malin suivi de deux des godfathers de l’Acid Techno en versus, Chris Liberator & Sterling Moss, eux même suivis par un talent Lyonnais prometteur, Salem Unsigned.

Les mots manquent pour exprimer l’intensité que nous allons avoir sur scène le Vendredi 19 Mai… Clairement, la date est à marquer au fer rouge : be there.
– — – — – — – — – — – — – — – — – — – —
■ – Manu Le Malin [Industrial Strength Records / Level 2 / Bloc 46] – FR
DC : https://www.discogs.com/fr/artist/18605-Manu-Le-Malin

■ – Chris Liberator vs Sterling Moss [Stay Up Forever Collective] – UK
DC 1 : https://www.discogs.com/fr/artist/5160-Chris-Liberator
DC 2 : https://www.discogs.com/fr/artist/19554-Sterling-Moss

■ – Salem Unsigned [Tapage Nocturne] – FR
SC : https://soundcloud.com/user-476505737

Projection vidéo : MaloVisuaal
Crédits Visuels : Kevin Moulin Graphiste

■ – Manu le Malin [Industrial Strength Records / Level 2 / Bloc 46] – FR

Manu le Malin est un producteur et disc-jockey français de techno hardcore, originaire de Paris. Également connu sous les noms de DJ Outlaw et The Driver (lors de mixsets techno), et membre des groupes Palindrome et Manga Corps, il est l’un des principaux représentants de la scène hardcore internationale2,4 dont la sonorité est, d’une certaine manière, axée de l’IDM. Son pseudo est inspiré du film Les Frères Pétard3. Il fonde avec Torgull le label discographique Bloc 46 au début des années 1995.

Manu le Malin, de son vrai nom Emmanuel Dauchez3, découvre la musique électronique en 1991, lors d’une rave party2 présentée par des membres du label Planet Core Productions6. Il commence initialement par mixer des musiques orientées trance et techno (plus précisément trancecore6) au début des années 1990, avant de se focaliser principalement sur le genre émergeant à cette époque, le hardcore. Il bâtit sa réputation d’abord dans les secondes parties de soirée (afters) des premières raves parisiennes6,7, entre autres en jouant au pont de Tolbiac, alors qu’un after y était organisé tous les dimanches matin.

Son style sombre est inspiré en partie des travaux de l’artiste suisse H.R. Giger6,8, créateur du monstre Alien, ainsi que du mouvement artistique mêlant l’organique à la mécanique qu’il nomme biomécanique ; Manu le Malin tourne d’ailleurs un DVD intitulé Biomechanik en Suisse et se tatoue la moitié du corps dans ce style. Présent depuis de nombreuses années en tant que disc-jockey lors de soirées, raves, festivals, il commence véritablement à composer en 2002 et sort son premier opus à titre d’auteur, Fighting Spirit, orienté d’un style hardcore consistant en un amalgame de sonorités industrielles diverses s’éloignant du hardcore à proprement parler9.

Un documentaire produit par Sourdoreille Production retrace la vie, l’œuvre de Manu Le Malin. Il est disponible intégralement sur YouTube 17.

■ – Sterling Moss – [Stay Up Forever / Rebeltek / RaceTrax] – UK

Rythmiques bien taillées et sélections explosives, Sterling Moss est avant tout un DJ à l’énergie débordante d’imprévisibilité, dont la réputation s’est bâtie sur une technique de mix irréprochable.
Egalement producteur, Sterling Moss fait partie de ces artistes qui ont résolument contribué au mouvement acid UK, aux côtés de son ami de longue date Chris Liberator. C’est au fil de leurs collaborations -notamment sur le label Stay Up Forever, ainsi qu’à travers un grand nombre de sorties sur ses propres labels Racetrax et Bodyshock- qu’il s’est forgé un univers musical aux percussions dynamiques et aux sonorités acides bien trempées.

En parallèle de son studio, le “Sound Lab”, qui constitue le centre névralgique de la plupart de ses productions, Sterling Moss a également travaillé en tant que programmeur au sein de Roland Synthétiseurs Japon, après qu’ils aient été impressioné par son utilisation de la fameuse TR-909.

Aussi innovant en matière de djing que de production, Sterling Moss explore sans cesse de nouvelles idées et de nouveaux territoires musicaux, clamant une techno dont l’acid est capable d’embraser n’importe quel dancefloor réticent.

■ – Chris Liberator – [Stay Up Forever / Cluster / Hydraulix] – UK

Avec plus de 20 ans d’expérience, des centaines de sorties et de remixes sous différents alias, une multitude de labels incroyables, l’anglais Chris Knowles aka Chris Liberator est sans nul doute l’un des artistes les plus hyperactifs que le mouvement ait connu.
Ayant participé activement à l’éclosion du mouvement rave à Londres au début des années 90, sa musique en est de toute évidence le témoin par les sonorités acid qui la caractérise.

Sa jeunesse passée au sein du mouvement punk constitue également une grande influence, et jouera un rôle important tout au long de sa carrière marquée par un engagement clairement anticapitaliste.

En 1993 il fonde le célèbre label Stay Up Forever aux côtés de ses deux acolytes Liberator (Julian et Aaron), qui deviendra rapidement le berceau de nombreux classiques d’acid techno. Partagé entre de nombreux pseudonymes et collaborations, le label accueillera notamment Dave The Drummer, Steve Mills, Guy McAffer, Sterling Moss pour ne citer qu’eux. Le morceau « One Night in Hackney » signé par Chris Liberator et Dave The Drummer constitue une des pièces incontournables du label, encore régulièrement jouée par de nombreux artistes.

Squats, free party, festivals et clubs du monde entier, il est l’un des premiers DJ à voyager sous l’étendard de l’acid techno aux 4 coins du globe, et contribue même au lancement du mouvement dans de nombreux pays tels que le Brésil, le Venezuela ou encore la Pologne.
Ce monstre de la TB-303, farouchement anticapitaliste mais toujours souriant, ne sait de toute évidence jamais s’arrêter… Et c’est tant mieux pour nous.